Francais  Anglais

Rencontres

1972 Danielle Cattand

C'est avec elle que j'ai créé ces lundi musicaux de l'Athénée devenus inoubliables. [...] Son oreille était exacte, son goût, sans faille. Avec certains chanteurs, elle avait noué des complicités, des amitiés. Elle n'aimait pas les gens prudents, ceux qui évitent le danger. Elle se mettaient en danger. Certains le savaient, l'aimaient pour cela. Un an après sa mort, jour pour jour, j'ai demandé à José Van Dam de chanter dans ce théâtre de l'Athénée qui fût le nôtre un voyage d'hiver in mémoriam. L'aurait-elle aimé, celui-là, elle qui aimait tant Schubert ?
- Extraits de Les jours s'en vont je demeure de Pierre Bergé

Autoportrait, Collection Harry Lunn / Self-portrait, courtesy of Harry Lunn Collection

1973 Robert Mapplethorpe

Mapplethorpe, lorsque je l'ai connu, était loin d'être célèbre et d'avoir entrepris l'oeuvre exigeante qui allait faire de lui un artiste à part entière. Il fabriquait des bijoux en fil de fer pour gagner sa vie. Il la gagnait mal. Sa sexualité, on le devine, était débortante. Paris, à cette époque, était un lieu de fête et Robert savait y faire. Lorsque ses premières photos apparurent, personne ne comprit qu'il s'agissait de la poursuite d'une obsession. À l'égale de celle de Leni Riefenstahl à qui il faut le comparer. Elle firent scandale. Pourtant la quête du phallus poussée à ce point aurait dû en alerter plus d'un. J'ai parlé de Genet et j'ai parlé de morale. C'est bien de cela qu'il s'agit. La vulgarité est souvent bourgeoise et qui trouverait Mapplethorpe vulgaire ?
- Extraits de Les jours s'en vont je demeure de Pierre Bergé

shim
Galerie photos (Flash Player 9 required)

1979 Marguerite Duras

Au demeurant c'est une espèce d'enfant. Alto. Haut. Oranais à la peau blanche. Un jour ils sont entrés dans la grande salle du Rond-Point pendant une représentation de Savannah Bay, Pierre Bergé et lui. On n'avait rien entendu, ni la porte ni les pas. Tout à coup ils ont été là, à deux mètres de nous, silencieux. La peur de gêner, toujours. Des rois. Je ne les connais qu'à peine, nous avons parlé ensemble deux ou trois fois, des robes de théatres, des couleurs, des tissus, de la panne de velours rouge sombre d'une robe de Madeleine. Une fois, il m'a parlé de mes livres. [...] Une femme. Elle est là. Et lui il est ici. Il dessine. Et la femme, la voilà habillée.
- Marguerite Duras.

Lorsque j'ai produit Le Navire Night nous nous sommes vraiment connus. [...] Je l'ai admirée plus qu'aucune autre femme écrivain de notre siècle. Elle n'avait aucun snobisme;  ne faisait pas dans le nouveau roman comme d'autres dans la nouvelle cuisine; ne pleurnichait pas sur ses amours rancies en roulant les r avec un accent bourguignon. Elle menait avec courage son métier d'écrivain, savait qu'elle survivrait aux modes et que son oeuvre se lirait à l'égale des plus grandes.
- Extraits de Les jours s'en vont je demeure de Pierre Bergé



imprimer cette pagemap websiteajouter à vos favoris

© Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent  |  Mentions légales  |  Conception 2exVia avec MasterEdit®