Francais  Anglais

Rencontres

shim
Galerie photos (Flash Player 9 required)

1965 Catherine Deneuve

"J'ai débarqué à 22 ans rue Spontini, où il était alors installé. C'était fin 1965, et j'avais découpé dans ELLE la photo d'une robe de la collection de la saison précédente. Ça a amusé tout le monde, qu'une fille aussi jeune, presque inconnue, se paie une robe de haute couture et, de surcroît, un modèle qui avait déjà près d'un an. C'était un long fourreau de crêpe blanc, avec un plastron brodé rouge, très slave, très pur, très strict, que j'ai porté à Londres pour être présentée à la reine Elizabeth, lors de la Royal Performance. [...] On s'est connus à ce moment-là. Et j'ai continué à aller chez Saint Laurent. Ce qui, pour ma bourse, était alors quelque chose d'absolument déraisonnable. N'oublions pas que le prêt-à-porter n'est venu qu'en 69-70."
Catherine Deneuve

"Elle a toujours été extraordinaire pour moi. Je l'habille depuis Belle de jour, le film de Luis Buñuel. C'est une femme qui a un charme et un cœur merveilleux. Pour moi, elle est la plus grande star mondiale. Nous nous écrivons souvent. Je l'appelle Catherine, ma douceur, elle m'envoie des roses pâles."
Yves Saint Laurent

shim
Galerie photos (Flash Player 9 required)

1965 Helmut Newton

Né en 1920 à Berlin, il achète son premier appareil à 12 ans et photographie tout ce qu'il voit dans la rue. En 1938, il fuit les persécutions nazies, part pour la Chine et Singapour, et travaille pour le quotidien Straits Time d'où il sera renvoyé pour "incompétence" au bout de deux semaines. Après la guerre, il ouvre un studio en Australie et épouse en 1947 une actrice, qui sera connue plus tard comme photographe sous le nom d'Alice Springs. Il s'installe en 1956 à Paris, et avec Jeanloup Sieff et Franck Horvat, contribuera au renouveau de la photo de mode en sortant des studios. Dès le milieu des années 60, il réalise ses célèbres images pour Yves Saint Laurent, et les deux hommes se suivront tout au long de leurs carrières. Mon admiration pour Yves Saint Laurent était sans borne. N'habillait-il pas ma "femme idéale" de la façon dont je voulais la photographier ? Elle était féminine, cool, sexy, exigeante, et cependant parfaitement accessible à condition d'y mettre du sien et de l'argent. Au cours de mes vingt-trois ans de collaboration régulière pour Vogue, je m'étais assigné pour mission de célébrer la femme de 30-32 ans. Celle du 16e arrondissement qui a trop d'argent, trop de temps disponible et cherche l'aventure. Qui pouvait mieux l'incarner que la Catherine Deneuve du film de Luis Buñuel Belle de jour ?
- Helmut Newton, dans Le Monde

shim
Galerie photos (Flash Player 9 required)

 1965 Margot Fonteyn

Yves Saint Laurent habille la danseuse Margot Fonteyn à la ville comme à la scène.

J'ai senti son pouvoir de magicien en observant Margot Fonteyn, qui avait l'habitude de disparaitre de temps et temps et réapparaissait à chaque fois avec une nouvelle subtilité d'élégance. Elle venait de voir Yves. Cette conjonction unique de discipline et d'aisance luxueuse, mélée à une certaine austérité, m'a complètement séduit. Puis j'ai rencontré l'homme : pâle, malin, généreux, avec une énergie féroce masquée sous son calme délicat.
- Rudolf Noureev

Andy Warhol et Paloma Picasso / Andy Warhol and Paloma Picasso

1966 Andy Warhol

Il avait un œil précis, c'est-à-dire cruel, ne ratait rien, n'épargnait ni ses amis ni ses admirateurs. [...] Avec Paul Morrissey, il participa à la réalisation de films mi-scandaleux, mi-avant-gardistes. Il adorait les films pornographiques et m'emmena voir Deep Throat dès sa sortie.

En Europe, il découvrait un monde qu'il ignorait, dont il avait rêvé. Pur produit américain, il croyait à une certaine idée de la culture. Savait-il que la nôtre touchait à sa fin ? Que tout ce qui le fascinait , haute couture, Art déco, bar du Ritz, café Florian, bientôt ne voudrait plus rien dire? Rien n'est moins sûr.
[...]
Petit à petit, à force d'être à la mode, il est devenu un sujet pour tabloïds. Comme un torero, un danseur, un chanteur ou un couturier. En un mot une star. Drôle de destin que celui de ce fils d'immigrés qui commença par dessiner des chaussures et qui finit par peindre la première dame des Etats-Unis. Il méritait mieux que cette réputation. La postérité le dira et le reconnaîtra comme un artiste majeur de notre temps, si toutefois elle ne le confond pas avec les faiseurs d'art contemporain. Ce qu'il n'était en aucun cas.
- Extraits de Les jours s'en vont je demeure de Pierre Bergé

C'est un artiste complet. Pas juste un peintre, un artiste. Ses films, ses affiches, tout est dans la générosité. Et dans la folie. Vous ne pouvez certainement pas être un artiste si vous n'êtes pas un peu fou...
- Yves Saint Laurent

shim
Galerie photos (Flash Player 9 required)

1967 Betty Catroux

"Ca a l'air d'une blague mais il m'a draguée chez Régine par l'intermédiaire d'un ami commun".

La jeune femme blonde d'1,83m aux jambes interminables et à l'éternelle frange deviendra l'une de ses muses, toujours éclatante dans un smoking.

Nous étions comme frère et soeur, comme des jumeaux. Nous étions tellement pareils. On s'amusait, on faisait des folies et des trucs stupides. Et nous étions tous les deux angoissés. On partageait ça aussi.
- Betty Catroux

shim
Galerie photos (Flash Player 9 required)

1967 Loulou de la Falaise

Loulou est la fille du Comte Alain de la Falaise et de Maxime Birley, qui fut mannequin chez Schiaparelli. La muse d'Yves Saint Laurent: égérie, amie, Loulou de la Falaise arrive dans la maison de couture en 1972. Elle signe plus de trois cents bijoux par an et s'occupe de la ligne maille.

Le vrai talent de Loulou de la Falaise, en dehors de ses qualités professionnelles incontestables, c'est le charme. Particulier. Émouvant. L'étrange pouvoir d'un don de légèreté, mêlé à une acuité irréprochable de son regard sur la mode. Intuitif, inné, particulier. Sa présence à mes côtés est un rêve.
- Yves Saint Laurent
Après chaque collection, Yves dit "j'ai dit tout ce que j'avais à dire". Arrive la collection suivante,et les sublimes croquis d'Yves et nous voilà repartis. N'étant pas très doué pour le bonheur, il semble vivre la vie de ces femmes qui change tout le temps qui sont constamment excitées par la vie. Ce n'est pas une femme en particulier, pas moi, pas ses clientes, elles sont la vie. Après, dès que nous avons commencé à travailler, il peut dire : C'est pour cette femme en particulier. Yves ressent les choses, un peu comme un devin.
- Loulou de la Falaise

shim
Galerie photos (Flash Player 9 required)

1967 Paul et Talitha Getty

Talitha Pol Getty et son mari Paul Jr, faisait partie de la communauté étrangère de Marrakech. Née à Java de parents hollandais, Talitha a passé ses jeunes années dans une prison de guerre japonaise avec sa mère, alors que son père, le peintre William Pol était détenu dans un autre camp.

Après la guerre, Talitha séjourna en angleterre avec son père. Après son mariage en 1966 avec le troisième des cinq fils du baron du pétrole J. Paul Getty Sr., ils passèrent leur temps entre leur maison de Rome et celle de Marrakech.

D'une très grande beauté, avec ses cheveux châtain et ses yeux en amande, elle fait une forte impression sur Yves Saint Laurent qui voit en elle une incarnation contemporaine des héroines de F. Scott Fitzgerald . Mick Jagger, Marianne Faithfull, et le décorateur américain Bill Willis faisaient partie de cette petite communauté, qui passait des soirées dans la maison de Pierre Bergé et Yves Saint Laurent à Marrakech, Darr el-Hanch, à écouter Maria Callas sur la terrasse...
Un soir à Paris, suite à une représentation de Notre Dame de Paris de Roland Petit, avec Rudolf Noureev et Claire Motte dans les rôles principaux, Talitha, Paul, Pierre Bergé et Yves Saint Laurent raccompagnèrent Noureev à l'hôtel Ritz. Soucieux d'impressionner Talitha, il se mit à faire une représentation improvisée de Pétrouchka sur les pavés de la Place Vendôme...
Le 11 juillet 1971, Talitha sera trouvée morte d'une overdose d'héroïne, dans son appartement de Rome.

Yves Saint Laurent et Charlotte Aillaud, 1967 / Yves Saint Laurent and Charlotte Aillaud, 1967

1967 Charlotte Aillaud

Charlotte Aillaud, une fidèle depuis 1967, est la soeur de Juliette Gréco.

Yves est un grand solitaire, mais il éprouve le besoin de voir ses robes. Son rapport au monde est très esthétique. Il adore les moments privilégiés. Inviter chez lui les gens à passer 48 heures. Il aime que les gens soient beaux, pour lui c'est un moment de bonheur...
- Charlotte Aillaud

Lauren Bacall et Pierre Bergé en 1986 / Lauren Bacall and Pierre Bergé in 1986

Lauren Bacall

 

" Quand j'ai rencontré Yves Saint Laurent, c'était à l'occasion d'une pièce pour la télévision américaine avec lui et trois autres couturiers. J'ai présenté les pantalons et je disais "pants, pants, pants !", Il a créé mon premier smoking et personne en 1968 ne s'habillait comme ça. Moi j'adore ca, tout le monde en pantalon, toutes les femmes et Yves est un maître dans ce domaine, c'est le meillleur."

shim
Galerie photos (Flash Player 9 required)

1969 Paloma Picasso

Paloma est la fille de Pablo Picasso et de Françoise Gilot, sa maîtresse. C'est lors d'une visite à l'Hôtel Forain pour découvrir la collection couture, qu'Yves Saint Laurent l'a rencontrée et tout de suite adoptée.

Il m'a fait rire, sourire et pleurer, d'émotion jamais de tristesse, en de nombreuses occasions. Je dois admettre que je suis une esclave de son charme, mais comment ne pas l'être avec les robes qu'il m'a dédiée. Je suis devenue plus Carmen, plus années 40, plus toréador, plus théatrale, plus moi-même en vérité, avec chaque collection.
- Paloma Picasso



imprimer cette pagemap websiteajouter à vos favoris

© Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent  |  Mentions légales  |  Conception 2exVia avec MasterEdit®